10jRamadan_seydinaalioune
Cet article est une compilation sur l’importance et les recommandations des dix derniers jours du mois de Ramadan et à la recherche de la Nuit du Destin. Forcément introduire l'article de cette manière, le lecteur lambda se poserait la question mais pourquoi faire un article sur les dix derniers jours et non pas sur les autres jours ?
Il s'agit là d'une question légitime. Mais comme il pourra le constater, nous avons déjà rédigé une série d’articles sur le Ramadan : l'arrivée, l'importance de Ramadan, les questions relatives au Jeûne, quelques bienfaits du mois de Ramadan…
Donc en reformulant la question, elle devient alors pourquoi insister sur les 10 derniers jours du Ramadan ?

Compte tenu de la longueur de notre résumé et pour une meilleure compréhension, ce sujet sera traité en deux parties (art.1/2 et art.2/2) et pour se faire, nous tenterons d'apporter des réponses à travers les trois axes de reflexion :
- Les 10 derniers nuits du mois de Ramadan (art.1/2)
- A la recherche de la Nuit du Destin (art.2/2)
- La fin du mois de Ramadan... (art.2/2)

La suite de cet article est le fruit d’un résumé basé sur le document d'Ibn Rajab Al-Hanbaly intitulé « Les dix dernières nuits de Ramadan : première partie », qui est téléchargeable depuis ce lien.

Les 10 dernières nuits : Recommandations, Mérites et Invocations…

Selon Âicha – qu’Allah l’agrée – : « Arrivé aux dix derniers jours, le Prophète PSL serrait son Izâr*, veillait ses nuits, et réveillait sa famille. » Dans une autre version, il est précisé que : « Le Prophète PSL veillait ses nuits, réveillait sa famille, redoublait d’efforts, et serrait son Izâr*». Rapporté par Al Bukhârî et Muslim.
*Izâr Pièce d’étoffe qui se porte à la taille ou pagne.

Au cours des dix derniers jours du Ramadan, le Prophète PSL privilégiait de faire certaines œuvres qu’il ne faisait pas le reste du mois. Entre autres, il veillait ses nuits. Il est possible que cela signifie qu’il restait éveillé la nuit entière. Dans un Hadith de Âicha – qu’Allah l’agrée –, celle-ci explique que : « Le Prophète PSL alternait les vingt premiers jours entre la prière et le sommeil, mais lorsque survenait les dix derniers jours, il « retroussait ses manches » et serrait son Izâr. » Rapporté par Ahmad.
Les avis sont partagés pour sur l’explication du sens de la phrase « le Prophète PSL serrait notamment son Izâr... ». Certains savants prétendent que c’est une façon d’exprimer les efforts intensifs et intenses et qu’il consacrait à l’adoration. Avec d’autres hadiths, cette expression signifie que le Prophète PSL s’isolait de ses femmes ; c’est ainsi que les prédécesseurs et les références anciennes comme Sufyân al-Thawrî RTA l’ont interprété. Une autre hypothèse avance qu’il ne se mettait plus au lit jusqu’à la fin du Ramadan.

En plus, Le Prophète PSL veillait à réveiller sa famille au cours des dix dernières nuits jours. Sufyân al-Thawrî RTA affirme : « Quand viennent les dix derniers jours, je préfère que quelqu’un prît la nuit, qu’il redouble d’effort, qu’il réveille son épouse et ses enfants pour la prière s’ils se sentent capables de le faire ».
Il est certifié à cet effet que le Prophète PSL frappait à la porte de Fatima RTA et de Seydina Ali RTA pour leur dire : « Ne devriez-vous pas vous lever pour prier ! » Rapporté par Al Bukhârî et Muslim.
D’après Al Mawatta, ‘Omar ibn Khattab RTA priait la nuit la durée qu’Allah voulait. Au milieu de la nuit, il réveillait sa famille en s’écriant : « La prière ! La prière ! ». Il récitait notamment ce Verset : « Ordonne la prière à ta famille et endure-la ». Sourate 20 v132.

De plus, le Prophète PSL se douchait entre l’Edhân des deux prières Maghreb (Timiss) et Ishâ (Guéwé) de la nuit. A travers les termes d’Âicha RTA : « Le Prophète PSL dormait et priait pendant le Ramadan. Les dix derniers jours, il serrait son Izâr, s’éloignait de ses femmes, se douchait entre les deux Edhân, et prenait avant l’aube son repas du soir ». Rapporté par ibn abî ‘Âsim.
A cet effet, Ibn Jarir al-Tabari RTA a souligné que les anciens appréciaient se doucher toutes les nuits des dix derniers jours et se revêtir des beaux vêtements.
Cela sous-entend, qu’il est recommandé les nuits où l’on espère coïncider avec la Nuit du Destin de se faire beau : en se douchant, se parfumant, et en portant des beaux vêtements comme il est légiféré de le faire le vendredi et les jours de fête. Il est légiféré également de se faire beau pour les prières en général.

Ensuite, il est propice à l’occasion des dix derniers jours de faire l’I’tikâf (retraite spirituelle). Selon toujours Âicha RTA « le Prophète PSL faisait l’I’tikâf les dix derniers jours du Ramadan, et cela, jusqu’à sa mort » Rapporté par Al Bukhârî et Muslim
Et d’après le complément du Sahîh d’Al Bukhârî :  selon Abou Huraïra RTA : « Tous les Ramadans, le Prophète PSL faisait une retraite de dix jours. L’année où il est mort, il a fait une retraite de vingt jours. ».
La personne en retraite s’isole pour mieux se soumettre à Allah et se consacrer au zikr (l’évocation d’Allah). Elle décide de couper tout lien avec le monde extérieur susceptible de lui perturber l’esprit. Elle se tourne corps et âme vers Son Seigneur et se voue complètement à Allah. Sa seule préoccupation est Son Seigneur et la recherche de Son Agrément.
Ainsi le Prophète PSL faisait une retraite de ces dix fameux jours, au cours desquels chacun est à l’affût de la Nuit du Destin, pour se couper de toute occupation mondaine. Il en profitait pour se vider l’esprit, pour s’entretenir en privé avec Son Seigneur afin de l’invoquer et de l’évoquer.

La suite...


Que les prières d’Allah et Son Salut soient sur notre maître Mohammed, ainsi que sur ses proches, et tous ses Compagnons !

Sources :
http://www.islamhouse.com/p/56586