Mariage_seydinaalioune« Ay xéet xéettu xéweul ak banéex yu ci baallé ! » Garanti !
« Ginaw lolu bërri na'iit lu lay sooré moy YALLA ! dila arr »
« Ay xéettu bakar yu bëri, Borom bi dula ko jégël ludul nga yéwu soxna ».

Suite au cours dispensé par mes Oustaz, en plus d’une aide précieuse de mon FRERE, qui nul doute, se reconnaitront et aux questions pertinentes soulevées par l’assemblée composée par des frères et sœurs lors de ce cours, j’ai voulu comprendre et partager avec vous, cher lecteur, ce résumé qui n’est rien d’autre qu’un recueil d’informations et réponses traitant une infime partie sur l’importance du mariage, tirées des livres dont vous trouverez les références en bas de l’article.

Pour se faire nous aborderons l’analyse comme ci-dessous :
- d'abord en tentant de donner une définition du mariage,
- ensuite les actes nécessaires pour valider l’union, le montant de la dot,
- puis lister quelques droits concernant les époux
- et pour terminer, nous tenterons d’aborder quelques bienfaits du mariage.


Moi musulman, quelle est ma définition du Mariage ?

Entre autres lois que Dieu a établies dans l’univers, il y a le fait de vivre en couple. Cette loi est générale et constante : elle s’applique autant au monde humain, qu’au monde animal ou végétal. Dieu dit « Et de toute chose Nous avons créé [deux éléments]: de couple. Peut-être vous rappellerez-vous ? ». sourate51 v49

Ainsi, la vie en couple est le système que Dieu a choisi pour que les humains procréent, se multiplient et perpétuent la vie, en ayant disposé chacun des époux à jouer un rôle actif dans la concrétisation de ces buts. Dieu dit «Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci sont épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement ». Sourate4 v1

L’Islam incite alors au mariage, pour ne citer que ce verset : « Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous a donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux et nient-ils le bienfait d'Allah ?». sourate16 v72

En résumé, nous retenons que mariage, est l'alliance d'un homme et d'une femme, dans le but de former une famille et, sur le plan juridique, d'établir les alliances et les filiations légitimes. Comme les autres religions monothéistes, l'islam réglemente cette institution, aussi bien dans les pratiques rituelles que dans le vécu au niveau des individus.

Quel est alors ce contrat ou cette alliance ?
Le pilier véritable du mariage est le consentement des deux parties et la concordance de leurs volontés à établir un lien. La formule d’engagement  qui émane de la première des deux parties et exprime sa volonté d’établir une relation conjugale, est appelée « offre de mariage » (îjâb) ; celle qui émane de la seconde partie et exprime son consentement et son approbation est appelée « acceptation du mariage » (qabûl).

Moi musulman, comment se valide alors cette union ?

Pour être valide, un acte de mariage nécessite 4 choses :
-    1/ L’autorisation du tuteur matrimoniale :
Aîcha rta rapporte que le Prophète PSL a dit : « Toute femme épousée sans le consentement de son tuteur matrimonial, son mariage est nul, nul, nul. Si celui qui l’a épousé a consommé le mariage, elle a droit au douaire nuptial – mahr -* En cas de désaccord, le Sultan fait fonction de tuteur » Rapporté par Ibn Mâja et At Tirmidhi.

-    2/ la Dot : Mahr -* ou douaire nuptial
Parmi les gages d’intérêt et de respect que l’Islam a donnés à la femme, il  ya le droit d’avoir un patrimoine propre. L’islam nous prescrit d’octroyer une dot à la future epouse, et fait de cette prescription une obligation qui incombe au mari, ainsi qu’un droit qui n’appartient qu’à la femme. Ainsi, ni père ni quiconque parmi ses proches n’a le droit d’en récupérer une miette, à moins qu’elle n’y consente elle-même en toute liberté. Dieu dit «Et donnez aux épouses leur mahr , de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur». Sourat4 v4

-    3/ La présence des témoins
Aîcha rta rapporte ces paroles du Messager d’Allah PSL : « Un mariage n’est jamais conclu sans la présence du tuteur [de la femme] et de deux témoins de conduite irréprochable.» Rapporté par Al Bayhaqî et Ibn Hibbân.

-    4/ L’oraison du mariage « khutbat alhâja » par l’Imam ou une personne de foi
L’oraison du mariage; il est recommandé de prononcer, avant la conclusion du mariage: khutbat al hâja. Voici une version du khutbat :ses termes sont les suivants :
Louange à Allah ! C’est Allah que nous louons, nous lui demandons aide et pardon et nous Lui demandons de nous protéger contre le mal que nous nous faisons  à nous-mêmes et contre les mauvaises actions que nous pouvons commettre. Celui qu’Allah met dans la bonne voie, nul ne peut l’égarer ; celui qu’Allah égare, nul ne peut le remettre dans la bonne voie. Je témoigne que nul n’est pas en droit d’être adoré qu’Allah, Unique sans associé et je témoigne que Muhammad est Son serviteur et Envoyé.
 « Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci sont épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement.» Sourate4 v1
 « Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture. Afin qu'Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite.» Sourate33 v70-71
 « Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumission.» Sourate 3 v102
~ La parole la plus véridique est celle d’Allah.

Féliciter les mariés :
Abû Hurayra rta rapporte que le Messager PSL félicitait les mariés dans les termes suivants : « Qu’Allah vous bénisse ! QU’il étende sur vous ses bénédictions, Qu’il rende cette union bénéfique pour vous ! » Rapporté par Ibn Mâja, Abu Dâwûd et At Tirmidhî.

Dans cet article, il nous semblait important d'apporter des précisions sur un point qui soit par négligence ou par méconnaissance pourrait avoir des répercussions très néfastes pour le bonheur des mariés, à cause des pratiques d’intérêt autre que religieux de nos jours : la dot.
Pour aborder cette partie qui est assez complexe, nous allons nous baser sur le livre de Sayyid Sabîq, « Fiqh As-Sunna pour les femmes ».


Quelle est le quantum de la dot ?  Quel est le minima et le maxima ?

D’après mes lectures, l’auteur Sayyid Sabîq, nous explique que la loi islamique  n’a déterminé ni minimum ni maximum légal pour la dot. Sans doute que les gens n’ont pas tous les mêmes richesses ni la même aisance et chaque pays a ses coutumes et ses pratiques en la matière. La détermination du quantum de la dot a donc été laissée à l’appréciation de chacun, afin que les gens donnent en fonctions de leurs moyens et suivant les pratiques qui ont cours dans leur pays respectifs.
Ceci dit, les Hanafites ont fixé le minimum légal en matière de dot, à dix dirhams, et les Mâlikites, à trois dirhams.
Par exemple au Sénégal, en majorité Malikite, nous nous basons sur ce minima pour fixer le montant minimum en xxx CFA équivalent à trois dirhams.

Pourquoi alors renchérir le montant de la dot ?

Toujours selon l'auteur Sayyid Sabîq, il est blâmable de renchérir sur la dot. En effet L’Islam aspire à faciliter les voies du mariage au plus grand nombre d’hommes et de femmes possible afin que chacun profite du licite. Mais ceci n’est possible que si les voies du mariage sont rendues faciles et que les pauvres, à savoir la majorité des gens, y ont accès. Raison pour laquelle l’Islam réprouve le renchérissement de la dot et fait savoir que le mariage est d’autant plus béni par Dieu que la dot est modeste, et qu’une dot modeste est le signe que la femme est de bon augure. On rapporte d’après Aîcha rta que le Prophète PSL a dit « Le mariage qui reçoit le plus de bénédiction divine est celui qui est le moins onéreux. »
On rapporte aussi cette autre version : « Une femme de bon augure est celle dont la dot est peu chère, dont le mariage est facilité et dont les mœurs sont bonnes, tandis qu’une femme de mauvais augure est celle dont la dot est chère, dont le mariage est compliqué et dont les mœurs sont mauvaises. »

Malheureusement, nombre de gens ignorent ces informations ou ces enseignements ou du moins s’en détournent au nom de quoi, préférant renchérir sur la dot au nom de coutumes païennes et refuser le mariage de leur pupille tant que le prétendant ne se saigne pas les veines et ne dépense pas des sommes mirobolantes. Comme si la femme était une marchandise dont on débat du prix et dont on fait commerce ! – Que Dieu nous pardonne ! - Amin -

Il appartient à quiconque a contracté un mariage, que celui-ci déterminé le montant de la dot ou non, de consommer l’union, de gré, en échange de quoi, le montant de la dot, incombe obligatoirement au mari, de gré ou de force.


Moi musulman,  quels sont alors mes droits Conjugaux pour rendre heureux mon ménage ?

Nous allons aborder cette question en trois phases : Les droits de l’épouse, ceux de l’époux et une liste d'actes pour rendre le mariage heureux.
mariage_seydinaalioune1
Les droits de l’épouse :
-    Traiter son épouse avec bienveillance.
-    Supporter patiemment ses torts.
-    Préserver son honneur et la protéger comme il faut.
-    Lui enseigner les prescriptions de la religion.
-    Lui ordonner d’accomplir assidûment ses devoirs religieux
-    Lui autoriser à sortir ou participer certaines activités.
-    Ne pas divulguer ses secrets ni citer ses défauts
-    La consulter dans diverses affaires, surtout concernant l’éducation des enfants.
-    Le badinage : amusement, plaisanterie avec son épouse.
-    Subvenir aux besoins de l’épouse et des enfants.
-    Satisfaire les besoins personnels, sexuels,… conforme à la religion.
-    Ne pas convoiter ses biens.
-    Partager ses joies et ses souffrances.
-    Lui porter bon conseil en permanence
-    Ne pas dire du mal de ses proches.
-    Ne pas être excessivement jaloux, mais s’en tenir à une juste mesure, conformément à l’Islam.
-    Chercher à lui plaire. Ibn Abbas disait à ce sujet « J’aime me parer pour plaire à mon épouse tout comme j’aime qu’elle se pare pour me plaire »
-    …

Les droits de l’époux :
-    Ecouter attentivement son époux et lui obéir dans les choses qui ne constituent pas une infraction à la religion
-    Préserver sa propre réputation et son honneur.
-    Veiller sur ses biens, ses enfants et bien gérer les affaires de la maison.
-    Se parer et se faire une beauté pour lui et être souriante.
-    Bien se tenir dans la maison.
-    Ne laisser personne entrer dans la maison hormis avec sa permission.
-    Ne dépenser de ses biens qu’avec son autorisation.
-    Ne pas jeûner à titre surérogatoire en la présence de son mari sans son autorisation.
-    Ne pas rappeler à son époux comme une faveur qu’elle a dépensé de ses propres biens, afin de ne pas rendre vaines sa récompense auprès d’Allah.
-    Se satisfaire de ce qui est disponible.
-    Partager ses joies et ses souffrances.
-    Bien se comporter envers les parents de son mari et ses proches.
-    Prendre soin de l’éducation de ses enfants. Ne pas invoquer Allah contre eux, ni les insulter.
-    Ne pas refuser de partager sa couche sans raison valable quand il le lui demande.
-    Ne pas divulguer ses secrets, que ce soit les secrets de la maison ou les secrets intimes.
-    Ne pas lui demander le divorce sans raison valable.
-    Se comporter affablement avec l’époux et s’attirer son amour par les choses qu’il apprécie…
-    …

Quelques actes pour rendre le mariage heureux :
-    S’obéir dans ce qui est convenable
-    Se contenter quand on est en colère
-    Respecter mutuellement les sentiments
-    Garder et veiller sur les biens
-    Montrer de la reconnaissance, rester fidèle
-    Faire preuve de juste mesure dans l’exigence des dépenses d’entretien.
-    Ne pas divulguer les secrets de couple
-    Porter bon conseil et s’encourager à multiplier les actes d’adoration
-    Bien traiter les beaux parents, les proches
-    Avoir un comportement noble avec lui ou avec elle
-    Accueillir avec un visage souriant
-    Montrer de la gratitude pour les faveurs
-    Bien entretien la maison : dépense, entretien, travaux
-    Ne pas être indifférent aux émotions
-    …

Moi musulman, mais alors quels sont les avantages liés au Mariage ?

mariage_seydinaalioune2En toutes choses, l'islam privilégie l'intention ; elle conditionne la portée des actes que nous réalisons ; le mariage n'échappe pas à la règle.
Quelle intention le musulman doit nourrir afin d'établir l'acte de mariage sur une base profitable ?
D'abord, on se marie parce que l’Islam nous incite à nous marier, et le mariage est  une forte recommandation du Prophète PSL.
Ensuite, on se marie pour éviter de commettre l'adultère.
Puis, on se marie avec l'intention d'avoir des enfants qui seront éduqués dans l'Islam.
Et enfin pour participer à l'accroissement de la communauté musulmane.

Si l'intention est formulée (même intérieurement) de cette manière, le mariage ne sera que bénéfice, si cela plait au bon Dieu.

En voici alors quelques avantages liés au mariage :
-    Le degré de récompense d’une prière surérogatoire chez un homme marié est multiplié par rapport à celle d'un célibataire.
-    Certains péchés ne sont pardonnés que dans le cadre du mariage.
-    Le mariage constitue une grande partie de la religion
-    Le mariage est une source de bienfait (ressources, bienfaits...)
-    Quelqu'un qui se marie bénéficie de la garantie divine contre la fornication.
-    Toutes les fois que les mariés se touchent (même si c'est une simple poignée de mains), DIEU : leur pardonne des péchés, leur inscrit des hassanats, quand sera alors d’un baiser ?
-    Un rapport sexuel légal est supérieur en Hassanats à une aumône constituée d'or.
-    Lorsqu'on se fait la grande ablution après les rapports sexuels, DIEU lui inscrit des Hassanats.
-    Toute musulmane mariée qui tombe enceinte a ses bienfaits multipliés
-    De même pour chaque douleur  liée ou provoquée par la grossesse, multiplie ses hassanats.
-    Enfin elle est considérée durant la grossesse comme quelqu'un qui a passé son temps à : jeûner, à prier, à défendre la religion.
-    Si la femme accouche, elle est lavée de tout péché.
-    Lorsqu'elle allaite son enfant (au sein bien entendu), pour     chaque tétée, ses hassanats se verront multiplier.
-    Si l'enfant est sevré, tous les péchés de la maman sont pardonnés.
-    Assister son mari est supérieur en bienfaits au fait de donner en aumône l'équivalent de toutes les richesses du monde.
-    Le simple fait de regarder aimablement son mari équivaut à glorifier Dieu.
-    L'agrément du mari entraîne celui de Dieu.
-     Tout franc ou dirham donné ou toute dette pardonnée (au     bénéfice du mari) équivaut aux bienfaits obtenus lors du pèlerinage agréé.
-    Le simple fait de servir à manger à son mari lui sera récompensé en hassanats.
-    Préparer soi même à manger à son époux constitue une source immense de bienfaits.
-    …

Le divorce
Parler de mariage amène forcément à évoquer son autre face : le divorce. Parmi les actes licites, celui que DIEU réprouve le plus c'est le divorce (Hadith du Prophète).
L'islam permet le divorce mais ne l'aime pas. Il a par conséquent fixé une procédure par laquelle il faut passer s'il n'y a aucune possibilité d'entente sous peine d'encourir la colère de DIEU et sous peine d'être dans une situation juridique (au sens charria du terme) confuse et pouvant engendrer des conséquences graves.


En conclusion de cet article, je ne ferai que partager avec vous quelques invocations après la conclusion du contrat de mariage :
Il est recommandé de faire des invocations en faveur des conjoints qui sont conformes aux énoncés suivants :
Abû Hurayra rta rapporte que le Prophète PSL avait l’habitude de dire à celui qui venait de se marier : « Que Dieu t’accorde Ses bénédictions, qu’Il les répande sur toi et qu’Il vous unisse pour le meilleur. »

Aîcha rta rapporte ceci : « Le Prophète PSL m’avait épousée. Ma mère m’emmena et m’introduisit à la maison. Aussitôt, les femmes des Ansârs dans l’appartement s’écrièrent : ‘Pour le bien et pour la bénédiction, et pour le meilleur augure !’ » Rapporté Al Bûkhâri et Abû Dâwûd.

Al Hasan rapporte ceci : « Aqîl Ibn Abî Tâlib rta avait épousé une femme de la tribu des Banû Jahm. Ceux-ci s’écrièrent : ‘A votre union et à vos enfants !’ Aqîl rectifia :’Dites plutôt comme disait l’Envoyé de Dieu PSL : ‘Que Dieu vous accorde Ses bénédictions, qu’Il les répande sur vous’ ». Rapporté An-Nasâ’î.

 

Sources :
Le Saint Coran

La BROCHURE N°2 de DAARA Serigne Mor DIOP, 2ème Edition : MARS 1999
Sayyid Sabîq, Fiqh As-Sunna pour les femmes, Ed. Maison d’Ennour, 2010
Mahmûd IbnAl Jamil, L’Amour conjugal et la famille Bienheureuse, Ed. Almadina, 2007
Oustaz A. TALL & M. Dieng, Exposé du cours lors de la Hadara du 23/03/2012
Hadara Talibés Tidianes de Bordeaux, Thème d’exposé : Le Mariage