seydinaalioune_mbayeA l’occasion de son Nième anniversaire, nous avons voulu étudier et comprendre la vie de Seydi Ababacar SY fils de Hadj Malick, plus connu sous le nom de Mbaye SY ou Cheikhal Khalifa.

Pour ne citer que ces deux refrains : qui était l’homme ?
« Yen tidjane yi beugue leen Mbaye gueum leen Mbaye diokh silleen Mbaye diokh leen Mbaye sen khôl yi… »
« Boulén ko faté di nianaal, Khalifa Mbaye boufi nékonne yoronn kilifagui... Khalifa Maodo, Khalifa Cheikh...
Khaleyi joudou thi guinaw Mbaye, guissouniou Mbaye, khamouniou Mbaye, té Mbaye la niou gueum, Khalé bo thi waxal Mbaye moy Ma'meum. »

Ainsi, nous avons cherché à comprendre, nous avons lu, nous avons relu les écrits, l’histoire de cet  homme, nous avons écouté les témoignages audios, vidéos... et malgré tout, nous voilà à la question initiale : Qui est Ababacar SY ? Quelle place et quelle dimension occupaient Cheikhal khalifa ?

Qui est Ababacar SY ?


Afin de comprendre qui était l’homme, nous allons tenter de faire son portrait ou du moins essayer de faire un portait parmi tant d’autres, en recoupant des informations recueillies lors de mes lectures sur Internet ou des livres traitant la Tijaniyya au Sénégal.

L'homme au bonnet carré :
Seydi Ababacar SY est né à Saint-Louis  en 1885. Mbaye Sy ou Cheikhal Khalifa comme l'appelaient affectueusement ses intimes et ses talibés, était le deuxième fils de Seydi El Hadj Malick Sy et de Sokhna Rokhaya Ndiaye.
Après des études arabo-islamiques très solides, Cheikhal Khalifa, fut avant d’être Kalif travailler dans l’administration coloniale comme instituteur et interprète.

Le disciple de son père Hadj Malick SY :
Formé à bonne école, celle de son père, armé des plus belle vertus, guide religieux exemplaire, Serigne Babacar Sy a su, avec diplomatie et tact, façonner des croyants tels que le Prophète Mohamed (SAW) les vouait.
Ababacar SY fut à la fois Professeur, Instituteur, Historien, Médiateur, Théologien, Imam, Islamologue, Marabout, Chef religieux, Poète, Ecrivain… Sont recensés, de lui quatre-vingt-seize poèmes totalisant deux milles cent dix-sept vers.
Au manteau vert, au sourire légendaire, l'éducateur exceptionnel, fidèle à son bonnet carré, Cheikhal’khalifa fut un disciple de Maodo.
Quelques jours avant la disparition de son père, il fut rappelé par lui alors qu'il séjournait à Rufisque et lui donna quelques conseils en compagnie de son ami Seydi Nourou TALL.
Ayant succédé à son père en 1922 à l’âge de 37 ans,  devenu successeur de Maodo, son intégrité, sa courtoisie, sa sincérité et sa foi ont forgé le destin de meneur d'Hommes de Cheikhal'Khalifa.

Le père fondateur des Dahiras :
Il s’est fait un point d’honneur de défendre, avec énergie et dévouement, trois choses : l’Islam, la Tariqa et les Dahiras. En effet, il fut le premier à créer ces "Dahiras",  ces associations ou clubs musulmans où se forment les adeptes de la religion, en 1932.

 


Cheikhal khalifa, quelle place et quelle dimension, occupait-il ?


Nous allons tenter de répondre à cette question sous forme de points :

1/ Cheikhal’khalifa, le Gardien de l’orthodoxie
Guidé par sa droiture, son intégrité, sa courtoise mais ferme, il a su, par sa sincérité et sa foi, se forger un destin de meneur d'hommes. Respectueux des lois de Dieu, mais aussi de celles des hommes, imbu de culture islamique, « Cheikhal Khalifa » s'est très tôt inscrit dans la continuation de l'œuvre de Cheikh Ahmed Tijane et de son père El Hadj Malick qui n’est autre que le modèle, le style de vie du Saint des saints : le Prophète PSL de l’Islam.

2/ Cheikhal’khalifa, l’Analyste de la société
 Cheikhal Khalifa inculqua aux talibés les référentiels majeurs qui illustrent ses qualités de l’homme d’honneur :
-    Gor du tiit ba fén
-    Gor du jaaxlé ba sàcc
-    Gor du xam fakk
-    Gor du jàpp bàyyi
-    Gor du soppeeku.

3/ Cheikhal’khalifa, le Philosophe anticonformiste
Il a réussi à transformer, de fond en comble, la mentalité du talibé Tijane, il voulait qu'il fût un modèle en tous genres.
-    Sunnu diine (Islam)
-    Sunnu Tarixa (Tijanisme)
-    Sunnu mécce (Travail)
-    Sunnu Daahira (Organisation)
-    Sunnu yoonu (Ziarra)

4/ Cheikhal’khalifa , l’exemplaire, le modèle
Diplomate fut nul doute Cheikhal Khalifa, exemplaire de par son charisme a su séduire le Sénégal. Il a réussi la parfaite symbiose entre le Spirituel et le temporel et à concilier admirablement le sacré et le non-sacré.

5/ Cheikhal’khalifa, l’exemple de fidélité
Il est resté fidèle à son Bonnet carré, n’a jamais troqué son manteau vert, a gardé son sourire légendaire singularisé par son séduisant diastème (Sakara Yallah). Il n’a connu de parure que sa bague « Aqiqa », a gardé ses lunettes myopes rondes dont un bras était cassé et qu’il préférait réparer au lieu de le changer.

6/ Cheikhal’khalifa, le respecté et le respectueux
Il a habitué ses contemporains à une courtoisie et une déférence hors du commun à travers ses gestes, ses actes et paroles de tous les jours. Sa pudeur et sa pureté presque angéliques nous sont racontées dans des anecdotes dont le réalisme (voire le surréalisme) étonne les simples mortels que nous sommes.
Le geste toujours maîtrisé, le regard toujours sur le pas, la main toujours expressive, le port toujours élégant, la fidélité dans ses propos... ont su incarner les valeurs totalisantes de la perfection.

7/ Cheikhal’khalifa, le citoyen modèle
Ordre de décoration de Serigne Babacar SY daté du 26 octobre 1949
« J’ai l’honneur de vous faire parvenir, ci-joint le Brevet de chevalier de l’Etoile Noire du Bénin destiné à Mr SY Babacar, marabout à Tivaouane, avec prière de bien vouloir lui présenter les félicitations de Mr le Haut Commissaire de la république en AOF et celles de Mr le gouverneur du Sénégal.»
Adressé à Mr le Commande du Cercle de Thiès par le chef de bureau du personnel Chauvin Fait à Saint Louis, le 26/01/1949.

8/ Cheikhal’khalifa, le médiateur
Seydi Ababacar SY alla jouer un rôle de médiateur, de pilier pendant les trente-cinq années de son Khalifat avec les problèmes nouveaux posés par l'évolution accélérée de la société africaine d'après-guerre : conflit religieux, conflit politique avec l'exploitation de la solidarité religieuse par les partis politiques locaux; conflit de générations, enfin, qui s'annonce aujourd'hui par un relâchement des disciplines familiales et sociales traditionnelles au contact de la civilisation, occidentale, d'une part, et des doctrines panislamiques d'autre part.

N/ Cheikhal’khalifa, le ...


.../ Le décès de Cheikhal’khalifa, une perte pour le Sénégal
Le 25 mars 1957, Ababacar Sy meurt à son domicile de Tivaouane des suites d'une affection chronique à l'âge de 72 ans. …
Extrait du Journal : Paris Dakar -  N° 6.444  Mardi 26 Mars 1957 : DE TOUT LE SENEGAL EN DEUIL, Les foules affluent vers TIVAOUANE.
Agé de 72 ans, le défunt avait succédé, il y a 35ans à son père El hadj Malick SY, comme Khalife général des Tijanes.
DECES DU GRAND MARABOUT ABABACAR SY.
Ce fut à la suite « d'une affection chronique arrivée à sa phase terminale » selon le communiqué médical que disparut Serigne BABACAR SY, digne héritier de El Hadj Malick SY, dont Quesnot disait qu'il était un fin lettré, d'esprit ouvert et tolérant, mais aussi un croyant fervent, convaincu du caractère spirituel de sa mission de chef de confrérie Islamique.seydinaalioune_mbaye2

Ne nous l'oublions pas dans nos prières !
Qu’Allah l’accueille et lui ouvre les portes du Paradis ! Ainsi que tout musulman ! - Amin –

« Sénégalais, sénégalaise, pour contrer cette perte de valeurs, purifions nos pratiques islamiques et religieuses, méditons sur l’histoire de ces grands hommes qui ont façonné notre Sénégal et surtout revisitons notre éducation et nos comportements ».

Sources :
El Hadj Rawane Mbaye, « Le grand Savant El Hadj Malick SY, PENSEE et ACTION Tome 1, VIE et ŒUVRE », Edition Albouraq, 2003.
Expo Malick 2006, « El Hadji Malick SY, "Humble serviteur de la Miséricorde », recueil de l’exposition conçue et réalisée par la commission exposition du 17 au 19 mai 2002 à l'institut islamique de Dakar et du 21 au 25 mai 2002 à Tivaouane sur le thème "La vie et l'œuvre de El Hadj Malick SY". La Sénégalaise de l'imprimerie, 2006.
http://www.asfiyahi.org/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Seydi_Ababacar_Sy
http://www.youtube.com/watch?v=CdlHgJ5EduY